Carousel

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les rateaux aussi, c’est la vie, un petit tour et puis s’en vont les jours enfantins… layette et Maman bobo, les rires à gorge nouveau-nés.

Manèges et tintamarres font bon ménage et plus ça roule et plus ça pousse.

Où est mon gynécée , ma lumière tendre, où es-tu mon ange à moi qui ne me quittait jamais, je voudrais bien ne plus vieillir, retrouver mes mondes céramique jaune bleu, la petite bretonne qui m’attendait au coin du mur de Pont…

Je la contemplais silencieuse et le soir je tobboggais sur d’étranges plans carrelés avant de plonger dans mes cauchemards à moi

J’ai eu peur si souvent, fallait pas m’emmener au Zoo de Vincennes, j’ai rêvé de cages empilées remplies de monstres dévorants, je devais passer entre les cages , à l’image de ma vie, tu savais pas? eh bien je te le dis…t’as bien dû avoir tes peurs, toi aussi!

Un petit tour et puis s’en vont les jours bleus, les jours tristes, où je m’en vais, dis?

arton49

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :