Ca avait commencé très tôt avec la petite fille aux allumettes et depuis ça n’en finissait plus

Lolette lalère lolette galère

elle avait fini par passer sur ceux de l’enfance, Lolette la fontaine, et puis c’est un coup à perdre son sodium, non?? Lolette pensait parfois qu’elle devenait mer de sel, elle voyait de grandes plaques blanches granuleuses l’envahir, les marais salants de son coeur, y avait encore plus de larmes à l’intérieur qui ne pouvaient s’écouler, forcément ça ne pouvait que s’évaporer et le sel grignotait l’intérieur de Lolette

Lolette, lonla, lolette ah Lolette

Pas de ça, non mais…

Lolette avait rencontré, peu après les larmes de l’enfance, un idiot aux maigres cheveux longs (elle aurait dû se douter pourtant, si tu portes le cheveu long, fo qu’il soit épais…) de toute façon, l’adjudant chef de la caserne où il (le prince charmant aux cheveux longs) fut incorporé, lui rectifia la nuque sans etat d’âme

Et Lolette retrouva 3 mois aprés, sur le quai de la gare du train qui le ramenait en permission, un inconnu qui se réprésenta: euh, c’est moi.

Et Lolette, bien elevée s’écria : ah chéri, ils t’ont rasé…

et habituée qu’elle était à taire ses chagrins, elle oublia derechef le premier et décida d’aimer l’inconnu qui avait perdu son romantisme en même temps que ses cheveux..

Tout ça à cause d’un adjudant, lonla, tout ça à cause…

Le sombre imbécile rencontra bientôt une habile admiratrice, qui de faux cils s’enrubanna, de lentilles se bleuit l’iris,- il lui avait probablement dit qu’il aimait les blondes aux yeux bleus-, néanmoins la perfide ne se teignit pas la crinière, et l’ignoble ex-romantique préféra bientôt les brunettes aux yeux de verre bleus.

Lolette, t’as les yeux noisette lonla ….et même verts quand le déluge coutumier te les a lavés ou quand ils reflétent le soleil

Et Lolette retrouva ses larmes, c’était curieux cette faculté à fabriquer cette eau, et elle passa une année à rechercher l’origine des larmes, ce qui était le mieux à faire puisque l’ahuri roucoulait tendrement hors du gite qu’il dénigrait, le traître, adroitement épaulé par sa gauche groupie bécassine.

La suite bientôt….

arton147

Commentaires fermés

La Copine Jtedisquandmême

L’amour, c’est comme la merde, sur le coup, ça fait du bien, mais au final, qu’est-ce que ça pue…..

Pour tous ceux qui espérent désodoriser

Les commentaires sont clos

%d blogueurs aiment cette page :