Jazzy, Jazzons, one, two, three..
Bud Powell : April in Paris et toujours sa profonde et grave tendresse

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :